Visiter le Québec au printemps : bonne ou mauvaise idée ?

Visiter le Québec au printemps : bonne ou mauvaise idée ?

chateau du québec

Avec ma femme, nous avons visité le Québec pendant trois semaines en avril dernier. Nous étions totalement confiants sur les dates, jusqu’aux inondations importantes qui ont touché la région et nous ont forcés à modifier notre parcours initial pour éviter la Mauricie.

Logiquement, nous avons fini par nous demander si partir au Québec au printemps était une bonne idée ou un très mauvais choix. Après la lecture d’infos sur le web, des discussions avec des Québécois et notre expérience, voici ce qu’il en ressort.

L’hiver est terminé, mais il reste des traces

Je ne compte plus le nombre de Québécois rencontrés qui détestent vivre au Canada en hiver. Un mètre de neige et des températures de -30° ont raison de leur patience. En arrivant entre mars et mai, vous n’aurez pas ces conditions extrêmes.

S’il pleut régulièrement à cette période, le temps est frais sans être froid. Vous n’avez pas besoin de prévoir la grosse doudoune d’hiver, mais apportez tout de même une couche chaude.

Néanmoins, les vestiges de l’hiver sont encore présents. En tant que randonneurs, nous avons dû rebrousser chemin à deux reprises face à des sentiers impraticables car il restait encore de dangereuses couches de glaces.

Pour du tourisme citadin, le printemps est donc une bonne idée. Pour de grandes randonnées en altitude, il vaut mieux partir après mai et en été.

Peu de touristes : prix bas et pas de foule

C’est le principal avantage de partir au printemps au Québec ! Ce n’est pas la pleine saison touristique. Vous pouvez donc trouver des tarifs très attractifs pour les locations. Avec ma femme, nous avons notamment payé moins de 60€ par nuit pour un grand F1 aux abords du Fjord Saguenay. Un tarif imbattable !

Outre ces économies, le printemps vous offre aussi la quiétude. S’il y a beaucoup de touristes continuellement dans la ville de Québec, les parcs nationaux restent peu fréquentés. Vous croisez peu de randonneurs sur les sentiers. Nous avons aussi été au zoo St Félicien et c’était quasiment désert. C’était idéal pour observer les animaux tels que les ours ou les loups dans le plus grand calme.

En revanche, plus vous irez dans les lieux reculés, moins l’offre touristique sera présente au début du printemps. À Tadoussac, meilleur lieu possible du Canada pour observer les Belugas, nous avons trouvé aucun lieu pour prendre un petit-déjeuner !

Partir au Québec au printemps est donc positif pour votre budget, mais il faut être conscient que certaines activités estivales ne sont pas encore en route et que les restaurants et les hôtels ne sont pas tous ouverts.

Comment se rendre au Québec et circuler au printemps ?

Pour le vol, nous avons pris un Lyon > Montréal. Pensez à bien comparer les tarifs d’avion avec un site comme Easyvols et à vous y prendre en avance pour bénéficier des meilleurs tarifs possibles. Avec ma femme, nous avons payé 1050€ l’aller/retour (supplément pour un bagage compris) pour deux.

Pour les déplacements, nous avons opté pour la location de voiture. Faites bien attention aux frais d’abandon si vous souhaitez laisser votre voiture dans une autre ville car ils sont souvent à 1 dollar canadien le kilomètre.

La circulation peut être difficile si vous vous écartez des grandes routes car la neige abîme fortement la chaussée et les travaux de réparation annuels commencent à cette période. Si vous souhaitez rouler dans des sentiers de montagne, choisissez une voiture adaptée.

Si vous avez envie de faire un tour dans la partie Nord du Québec comme Terre-Neuve-et-Labrador, les routes ne seront pas forcément accessibles. Dans ce cas, il vaut mieux se renseigner sur l’offre de vols intérieurs d’Air Canada. De petits avions de 50 personnes et moins assurent des liaisons régulières. L’autre solution est d’attendre l’été quand la majeure partie de la neige sera évaporée.