Top 6 des massifs alpins à escalader une fois dans sa vie !

Top 6 des massifs alpins à escalader une fois dans sa vie !

sommet du mont blanc
En tant que savoyard, j’ai la chance exceptionnelle d’être situé dans l’un des meilleurs endroits au Monde pour l’alpinisme. Si j’évite les ascensions en hiver ou juste après sa disparition, je n’hésite jamais deux fois à m’élancer d’avril à octobre.

Parmi tous les sommets que j’ai escaladés ou tentés (car j’ai connu quelques échecs à cause de mauvaises conditions météorologiques ou de blessures), voici la liste de ceux que je place parmi les indispensables.

Que vous soyez un alpiniste débutant ou un averti qui ne rêve que de sommets, vous devez les escalader au moins une fois dans votre vie.

L’ascension du mont Blanc

Comment être un alpiniste et s’imaginer passer une vie sans affronter le Mont Blanc ? Avec ses 4809 mètres, le mont Blanc domine la chaîne des Alpes et reste le plus grand sommet européen.

S’il est désormais très fréquenté, vous ne devez jamais sous-estimer sa difficulté et ses dangers. Si vous le montez pour la première fois et que vous n’avez pas une grande expérience en matière d’alpinisme, je vous recommande de faire l’ascension du mont Blanc avec un guide professionnel. Une société comme Kazaden propose de nombreux stages pour escalader le mont Blanc, adaptés à votre niveau.

L’Aiguille du Tour

L’Aiguille du Tour est souvent le sommet recommandé pour découvrir l’alpinisme dans le massif du Mont Blanc. Bien évidemment, l’alpinisme nécessite toujours une excellente condition physique, du matériel adéquat et de la motivation.

Si vous avez les trois atouts dans votre besace, vous réussirez sans grande difficulté l’ascension de l’Aiguille du Tour. Elle atteint 3 542 mètres.

Le départ se fait à partir du refuge Albert 1er qui est à 2706 mètres. Prévoyez deux jours d’ascension. Vos efforts seront récompensés par une vue magnifique sur les monts suisses comme le Cervin et le Grand Combin.

L’Aiguille Verte

Seconde aiguille de la liste, mais niveau de difficulté bien supérieure à la précédente ! Sa pointe culmine à 4122 mètres de hauteur. Son accès difficile ne destine pas l’Aiguille Verte aux alpinistes débutants ou en mauvaise condition physique. D’ailleurs, si je l’ai vaincu il y a une dizaine d’années, je sais qu’à l’heure actuelle, un entraînement progressif me serait nécessaire pour avoir les clés pour réussir de nouveau l’expérience.

La fois où j’ai escaladé l’Aiguille Verte, je l’avais fait via le versant sud. Vous avez un refuge au-dessus des 2 800 mètres qui est le point de départ de votre ascension finale.

Si vous choisissez de descendre par ce versant, vous devez redoubler de vigilance car il est réputé particulièrement dangereux. Certes, une ligne de rappel a été installée il y a quelques années, mais avec la fatigue, cela n’est pas une partie de plaisir. De plus, vous devez le faire quand la luminosité est encore excellente.

Le mont Viso

Et si nous allions chez nos voisins italiens ? Le mont Viso ne dépasse pas les 4 000 mètres, mais atteint tout de même 3 841 mètres.

Je l’ai escaladé en 2015. Avec un ami et nos deux femmes, nous avions loué à Turin, située dans la même région (le Piémont). Sur deux jours, nous les avions laissées pour affronter le Viso.

sommet mont viso

Ce n’est pas le sommet le plus dur de cette liste, mais il plaît à tous les niveaux. Ceux qui sont plutôt des amateurs de randonnée se contentent de faire le tour du Viso, campant quelques nuits et faisant un trek permettant de découvrir tous les versants du mont.

Les alpinistes débutants choisissent la face sud qui reste la voie normale d’ascension, tandis que les plus expérimentés s’orientent vers l’arrête est avec un départ depuis le refuge de Quintino Sella.

Le Mont-Rose

Après les Italiens, découvrons les montagnes de nos autres voisins : les Suisses. Le Mont-Rose est peu connu du grand public. Or, il s’agit tout simplement du plus haut sommet des Alpes après le Mont-Blanc avec une élévation jusqu’à 4 634 mètres, et est très apprécié des alpinistes.

Un de mes amis, alpiniste de haut niveau, s’était créé un programme sur un mois comprenant son ascension, ainsi que le Lyskamm, le Pollux et le Breithorn qui sont localisés à proximité.

Les accès les plus fréquentés sont ceux qui se font à partir de Gressoney-La-Trinité et Alagna Valsesia.

Le Dôme des Écrins

Je termine avec un autre grand classique des Alpes : le Dôme des Ecrins. S’élevant à 4 009 mètres de hauteur, le Dôme est franchi en commençant votre parcours à partir du refuge des Écrins, lui-même placé à 3 170 mètres d’altitude.

Techniquement, son ascension n’est pas compliquée par rapport à d’autres sommets précédemment dans la liste. Le versant Nord est considéré comme le plus facile, mais vous pouvez aussi tenter la voie Giraud (face nord directe) ou le Mayer Dibona.

Arrivé en haut, vous aurez des souvenirs mémorables avec une vue magnifique sur la chaîne des Alpes.

Cette liste d’indispensables est loin de former l’exhaustivité des sommets alpins à escalader. La meilleure preuve se résume à un nombre : 82.

82 sommets de plus de 4 000 mètres se trouvent dans les Alpes. Avec une telle variété, vous comprenez aisément pourquoi cette région est considéré comme le paradis des alpinistes.