Les 10 meilleures ruines romaines en dehors de Rome

Les 10 meilleures ruines romaines en dehors de Rome

merida en espagne

Les ruines romaines sont de toutes tailles et de toutes formes, des plus majestueuses aux plus humbles. Certaines sont presque intactes malgré les siècles, tandis que d’autres sont des vestiges délabrés de leur grand moi d’antan. Mais tous offrent un instantané merveilleux de la civilisation romaine : les dieux qu’ils vénéraient, leurs prouesses architecturales, les divertissements qui les enthousiasmaient, les décorations et les commodités dans leurs maisons.

Et pourtant, c’est Rome, avec son méga Colisée, Forum et Panthéon, qui est considérée comme l’épicentre de toutes les antiquités romaines anciennes. Certes, c’était la capitale de l’Empire, mais les Romains ont déployé leurs ailes sur de vastes étendues d’Europe, au sud de la Grande-Bretagne, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Voici 10 des meilleurs endroits pour voir ce qu’ils ont laissé derrière eux en dehors de l’Italie.

Merida, Espagne

Les ruines semblent se matérialiser dans les endroits les plus improbables de cette ancienne capitale de la province romaine de Lusitanie. Le temple de Diane apparaît derrière l’office du tourisme et l’aqueduc coloré de Los Milagros avec ses sept colonnes debout qui s’élèvent non loin d’un ensemble de voies ferrées.

Promenez-vous le long de l’étendue verdoyante qui longe la rivière Guadiana et vous découvrirez un pont romain de près d’un kilomètre de long, la plus longue structure de ce type encore existante au monde. Cette structure maintenant piétonne qui attire les joggeurs et les cyclistes est à une distance assez courte de sa cousine contemporaine conçue par l’architecte vedette Santiago Calatrava.

Un autre endroit pour se promener dans l’histoire est le long de la périphérie du cirque romain où les chars couraient autrefois.

Mais tous ceux qui aiment le macabre devraient visiter le site funéraire de Los Columbarios. En plus de fournir une mine de renseignements sur les cérémonies funéraires romaines, il est garni d’une multitude de plantes, comme le cyprès, qui symbolisent la mort et l’au-delà. Pour un aperçu intime de tout ce qui est romain, faites une visite guidée avec Marco Mangut.

Leptis Magna, Libye

Votre introduction à l’architecture extravagante de cette ville qui était autrefois tenue en aussi haute estime que Rome est le grand Septimius Severus Arch. Nommé en l’honneur de leur fils empereur natif qui a présidé cette colonie romaine – la plus grande d’Afrique du Nord – au plus fort de sa prospérité, l’imposant édifice de marbre est orné de motifs historiques et religieux élaborés.

En marchant le long de la rue à colonnades que Severus a construite, vous arriverez aux vastes bains hadrieniques où, grâce aux chambres chaudes et froides, aux saunas, à la piscine et aux latrines en marbre, la population a probablement eu amplement l’occasion de s’épanouir. Les Romains aimaient évidemment leurs centres aquatiques de loisirs. Un long trek vous emmène aux Bains de Chasse avec ses mosaïques colorées et ses fresques bien conservées qui lui ont donné son nom.

Vous pouvez passer une bonne partie de la journée sur le site, mais ne manquez pas de visiter Sabrantha, un autre site romain bien conservé, qui est à quelques heures de route.

Pula, Croatie

Pula, Croatie

Vous pourriez facilement passer quatre ou cinq heures à Pula où l’immense amphithéâtre datant de l’époque d’Auguste attire toute l’attention.
Avec un audioguide à portée de main, vous pouvez vous promener dans l’arène, les gradins, les tours et les galeries souterraines bien préservés et visualiser le spectacle sanglant qui a capté l’attention des spectateurs. Les couloirs souterrains qui abritaient autrefois des bêtes et des gladiateurs présentent aujourd’hui des pressoirs à olives, à raisins et à amphores en pierre.

Une promenade raide jusqu’au musée archéologique informel de la ville d’Istrie en vaut la peine pour son exposition de verre romain, de pierres tombales et de sarcophages. Curieusement, les deux derniers sont affichés le long des couloirs.

Un autre aspect de la vie romaine est évident sur la plus grande île du parc national de Brijuni, un cadre idyllique qui se trouve à quelques minutes en bus et en ferry. Ce qui devait être une élégante villa romaine se trouve sur un beau terrain au bord de l’eau avec des ruines de terrasses, des temples et même un étang à poissons.

Jerash, Jordanie

Situé dans une vallée paisible au pied des montagnes du Gilead, Jerash contient une telle étendue de ruines que vous aurez besoin de réserver une journée entière pour votre visite. Et bien qu’il y ait un petit hippodrome, vous pourrez voir des reconstitutions quotidiennes de ce que les spectateurs auraient vécu il y a des milliers d’années.

Les gladiateurs se battent avec des tridents et des épées. Des légionnaires romains vêtus de toges brunes reconstituent des batailles qu’ils auraient pu avoir comme membres d’une armée romaine. Et les chars courent les sept tours traditionnels autour de la piste.

Le Cardo Maximus – en abrégé Cardo – est le boulevard principal à colonnades qui permet l’accès à de nombreuses ruines monumentales. Il reste lui-même pavé de quelques pierres d’origine qui sont ornées des nombreuses roues de char qui roulaient sur sa surface.

Césarée, Israël

Césarée, Israël

Aujourd’hui parc national, Césarée était autrefois une ville portuaire resplendissante que le roi Hérode nomma dans l’espoir de montrer sa loyauté envers Jules César. Une fois Jérusalem tombée, elle est devenue la ville et le port de commerce le plus important du pays.

Le centre d’accueil des visiteurs présente aujourd’hui un film retraçant l’histoire de cette magnifique ville et vous permet de poser des questions à des personnages historiques virtuels. Mais par une journée chaude et ensoleillée, vous avez beaucoup d’autres choix, qu’il s’agisse d’inspecter les ruines du palais d’Hérode, qui a peut-être aussi été utilisé par Ponce Pilate, de déjeuner le long du port où il reste une partie du brise-lames en pierre original, ou de faire du snorkeling ou de la plongée sous-marine au port immergé (maintenant un parc archéologique sous-marin).

En fonction de vos compétences et de votre itinéraire, vous apercevrez un pavé hérodien ou une épave romaine tardive.

Aspendos, Turquie

En descendant de la colline, l’amphithéâtre, vieux de 2 000 ans, possède une acoustique si fine que certains reviennent année après année pour entendre l’Aïda de Verdi, une pièce maîtresse, et d’autres œuvres d’artistes turcs et internationaux au Festival Aspendos Opera & Ballet annuel. Tout aussi intéressant pour beaucoup est l’édifice scénique qui présente des motifs ornementaux et un relief décoratif de Dionysos, le dieu patron du vin et du théâtre.

Vous voudrez aussi prendre le temps de marcher sur le sentier adjacent au théâtre qui serpente jusqu’à l’acropole. Non seulement les vues sur la rivière Koprucay et la plaine fertile de Pamphylian sont superbes, mais un mélange des ruines en avant sont également visibles, y compris l’agora ou le marché antique et le lieu de rassemblement politique, un complexe de fontaine une fois élaboré consacré aux nymphes d’eau (donc le nom nymphaeum), et une basilique où les cours étaient situées.

Baalbek, Liban

Baalbek, Liban

Autrefois connue sous le nom d’Héliopolis ou Ville du Soleil, Baalbek possède un complexe de sanctuaires remarquable, dont deux temples hauts.

Le grand monument dédié à Jupiter, le dieu du ciel, est constitué de certaines des colonnes les plus hautes du monde – elles s’élèvent à environ 21 mètres vers le ciel. Le sanctuaire intérieur était autrefois réservé aux prêtres qui faisaient des sacrifices rituels sur l’autel de pierre. Les massifs blocs de fondation qui pèsent des centaines de tonnes restent entourés de mystère. On ne sait toujours pas comment ces pierres ont pu être déplacées.

Le temple de Bacchus, plus petit mais mieux conservé, n’est pas vraiment dédié à Dionysos (alias Bacchus) mais à une divinité différente, très contestée : peut-être un dieu solaire. Certains croient que les curieuses images sculptées de coquelicots et de raisins peuvent indiquer que le vin et les drogues ont joué un rôle dans les cérémonies. Ainsi, le dieu du vin s’identifia à ce temple.

Aujourd’hui, les deux temples assistent à des représentations théâtrales, de ballet, de jazz et d’autres spectacles pendant le Festival international annuel de Baalbeck.

Conimbriga, Portugal

A seulement 15 km de la ville universitaire de Coimbra, qui est aussi l’ancienne capitale du Portugal, vous pouvez trouver l’établissement romain le mieux conservé du pays.

Pour profiter au maximum de votre visite à Conimbriga où la plupart des informations sont en portugais, achetez d’abord un guide au guichet. Parcourez ensuite la voie romaine en pierre calcaire de 4 m de large, où les ornières laissées par les anciennes charrettes sont encore bien visibles.

Le plus frappant dans les ruines des maisons le long du chemin, c’est le témoignage de leurs anciennes cours intérieures aux mosaïques richement colorées qui présentent toutes sortes d’images – certaines mythologiques – et des motifs géométriques audacieux. La Maison des Fontaines, une ancienne résidence romaine riche, porte bien son nom en raison des centaines de fontaines qui jaillissaient autrefois. Vous pouvez encore voir le fonctionnement de l’usine de traitement des eaux sous le site maintenant couvert de verre.

Tout près, les vestiges de la Maison Cantaber, une maison de nobles considérée comme l’une des plus grandes résidences romaines jamais découvertes en Occident, témoignent de certaines des caractéristiques de luxe de la villa, y compris ses bains et son jardin à colonnes.

El-Jem, Tunisie

El-Jem, Tunisie

Vous ne pouvez pas manquer l’amphithéâtre monumental, l’un des plus grands de l’Empire romain qui domine la ville moderne. Mais au lieu de se précipiter vers ce monstre – on estime qu’il peut accueillir quelque 30 000 spectateurs – il faut d’abord visiter le musée El Jem qui présente son impressionnante collection d’artefacts dans une reconstruction d’une villa romaine.

Des coupes, des sculptures (comme la tête de Méduse) et des mosaïques (comme les Neuf Muses) sont exposées dans une cour à colonnes. Sur ce site archéologique, la somptueuse Maison de l’Afrique, villa d’aristocrate, représente une mosaïque célèbre de la déesse Afrique, protectrice de la fertilité et de la richesse.

En été, vous pourrez vous joindre aux milliers de personnes qui viennent écouter de la musique classique – européenne et arabe – dans le grand amphithéâtre pendant le Festival international de musique symphonique qui dure un mois. Mais ce n’est pas le seul amphithéâtre de la ville. C’est en fait le troisième construit à El-Jem ; les ruines des deux autres se trouvent près d’une voie ferrée.

Arles, France

Parfois appelée  » Rome de France « , Arles, est parsemée d’un bon nombre d’antiquités. Ce n’est pas étonnant, étant donné qu’il est situé sur une route commerciale qui reliait autrefois l’Italie et l’Espagne. Et bien avant que Van Gogh ne tombe amoureux de cette terre évocatrice, l’empereur Constantin construisit un palais colossal, doté de vastes bains. Des ruines partielles de ces derniers, les Thermes de Constantine, subsistent encore.

Autrefois centre social et politique de l’ancienne colonie romaine, la Place du Forum, bordée de cafés et d’arbres, est toujours le centre de la vie nocturne de la ville. Quelques colonnes d’un temple romain du IIe siècle sont encastrées à l’extérieur du Grand Hôtel Nord-Pinus qui fait face à cette place animée.

Mais c’est l’immense amphithéâtre d’Arles (Les Arenes) qui est au cœur de toute visite dans cette vieille ville. Au lieu de l’omniprésence des sports de sang romains, les spectateurs contemporains peuvent voir les corridas traditionnelles – évidemment sanglantes – ou les courses camarguaises où les taureaux ne rencontrent pas leur mort alors que les hommes (raseteurs) tentent d’enlever habilement les rubans des cornes de l’animal.