Les 10 montagnes les plus meutrières du Monde

Les 10 montagnes les plus meutrières du Monde

Mont Everest

Saviez-vous que K2 aurait une malédiction contre les femmes ? A prendre ou à laisser, cet article morbide sur les montagnes les plus dangereuses du monde de l’escalade a quelques pépites intéressantes.

Poursuivez votre lecture pour découvrir la liste complète des 10 montagnes les plus dangereuses du monde pour l’escalade, sans ordre particulier.

1. Annapurna au centre du Népal (8 091 m)

montagne de l'annapurna

Sur cette montagne, la 10ème plus haute du monde, 191 grimpeurs ont atteint le sommet du pic sujet aux avalanches. Environ 63 d’entre eux sont morts en escalade, ce qui fait de l’Annapurna le plus haut taux de mortalité parmi les montagnes de 8 000 mètres, soit 33 %.

L’Annapurna a été le premier sommet de 8 000 mètres à être escaladé, mais il demeure un défi et une attraction. La région de l’Annapurna est populaire pour la randonnée pédestre et a été le site de ce que beaucoup appellent « la pire catastrophe du trekking au Népal ».

En 2014, une tempête de neige a frappé, provoquant des avalanches et la mort de 43 personnes. Près de 180 cm de neige sont tombés en 12 heures, et plus de 500 personnes ont dû être secourues.

2. Nanga Parbat au Gilgit-Baltistan, Pakistan (8 126 m)

Connu affectueusement sous le nom de Killer Mountain, ce monstre escarpé du Pakistan est une énorme crête de roche et de glace.

Nanga Parbat est le neuvième plus haut sommet du monde, et son versant sud est ce que beaucoup appellent la face montagneuse la plus haute de la planète. La Face de la Rupal s’élève 4 600 m au-dessus de sa base.

Ce sommet a fait l’objet d’un intérêt allemand dans les années 1930. Lorsque seule la Grande-Bretagne avait accès à l’Everest, les alpinistes allemands considéraient le mont Killer comme la plus haute montagne raisonnablement extensible par les alpinistes de l’époque. Mais cela ne veut pas dire que c’était facile.

Nanga Parbat a « coûté » 31 vies avant d’être conquise par l’Autrichien Hermann Buhl en 1953.

3. K2, frontière Pakistan-Chine (8 611 m)

Deuxième plus haute montagne du monde, ce sommet jouit d’une triste réputation, surtout chez les femmes grimpeuses. La première femme à avoir atteint le sommet fut la légendaire grimpeuse polonaise Wanda Rutkiewicz, qui a atteint le sommet en juin 1986.

Au cours des 18 années suivantes, les cinq grimpeuses qui ont atteint ce sommet ont été tuées. Trois sont morts pendant la descente vers le K2, et deux autres sur les montagnes voisines.

Rutkiewicz a également péri près de Kangchenjunga en 1992. La malédiction a finalement été brisée en 2004 par Edurne Pasaban, une alpiniste espagnole de 31 ans, qui est toujours en vie.

En 2017, Vanessa O’Brien est devenue la première femme américaine à atteindre le sommet du K2.

L’éloignement et la longue approche du K2 rendent les expéditions extrêmement longues et exigeantes en ressources. Il est connu pour ses intempéries et ses avalanches, qui ont coûté la vie à près de 10 pour cent de ceux qui l’ont tenté.

4. Kangchenjunga, frontière Inde-Népal (8 586 m)

montagne Kangchenjunga

En 1999, un nouveau roman de James Bond découvre le trekking super-espion sur les crêtes dramatiques du Kangchenjunga. Bond s’est peut-être arrêté pour admirer la vue magnifique, mais, comme notre héros le sait bien, les regards peuvent être trompeurs. Les avalanches et le froid glacial en ont fait l’une des montagnes les plus meurtrières du monde.

Le Kangchenjunga est la troisième montagne la plus haute du monde, avec plus de 200 sommets et un taux de mortalité de 20 pour cent, selon les chiffres de 2010.

5. Cervin, frontière Suisse-Italie (4 478 m)

Avec sa première ascension en 1865, le Cervin a depuis gagné en popularité et en développement. La facilité d’accès aux points hauts de la montagne entraîne de graves dangers pour les grimpeurs inexpérimentés sur les voies surchargées de trafic.

De nos jours, le principal danger sur le Cervin est sa popularité, les touristes trop enthousiastes envoyant des roches lâches sur la tête des autres alpinistes en bas.

Les tempêtes sont également fréquentes pendant les après-midi de la saison des sommets. Cette montagne enregistre une moyenne d’environ 12 décès par an, dont plus de 500 depuis sa première ascension.

6. Mont Everest, frontière entre le Népal et la Chine (8 848 m)

Mont Everest

Avec son statut de chapiteau, il serait facile de supposer que le mont Everest est la montagne la plus meurtrière de toutes. Mais, statistiquement, l’Everest revendique un pourcentage assez faible de grimpeurs morts considérant le nombre de tentatives chaque année.

Depuis 2000, il y a eu 1,4 décès pour 100 sommets. Au cours de son histoire, elle a enregistré plus de 7 500 sommets.

7. Siula Grande, chaîne Huayhuash des Andes péruviennes (6 344 m)

En 1985, le duo de Joe Simpson et Simon Yates, dont le voyage a été relaté dans le livre et le film « La Mort Suspendue », a tenté la face occidentale de Siula Grande. Il s’agissait d’une ascension verticale pure et simple qui n’avait jamais été achevée.

Siula Grande est une montagne imposante dans les Andes, avec ses pentes abruptes vers le sud et l’ouest.

Simpson et Yates ont atteint le sommet, mais Simpson est tombé pendant la descente, se cassant la jambe. Puis Yates, abaissant Simpson blessé par une corde, l’a perdu de vue au-dessus d’une falaise.

Au bout d’une heure, alors que sa position s’éloignait et que Simpson n’arrivait pas à s’attacher, Yates a coupé la corde. Incroyablement, Simpson a survécu à une chute de 30 mètres dans une crevasse.

Au cours des trois jours suivants, il a survécu à la fonte des neiges et a parcouru les 8 km qui le séparaient du camp. Il est arrivé peu de temps avant que Yates, qui supposait que Simpson avait péri, ne parte pour rentrer chez lui.

8. Mont Washington dans le New Hampshire (1 917 m)

Pour découvrir une montagne mortelle en Amérique, ne cherchez pas plus loin que ce sommet du New Hampshire. Les changements rapides des conditions météorologiques, les vents de la force d’un ouragan et les grésillements de glace d’été qui attaquent cette pente ont fait plus de 100 victimes.

Les températures au pic peuvent descendre jusqu’à -10 degrés. En fait, le vent le plus fort jamais mesuré sur Terre a été enregistré sur ce sommet, un coup de vent de 231 km/h.

9. Denali en Alaska (6 190 m)

Le plus haut sommet d’Amérique du Nord est aussi l’un des plus isolés et des plus importants au monde. L’un des grands défis de Denali est le temps qu’il faut pour grimper, avec des expéditions qui durent de deux à quatre semaines. Le Denali est escaladé chaque année, mais seulement environ la moitié de ceux qui le tentent atteignent le sommet.

Denali est sujet aux tremblements de terre. Et la combinaison de l’altitude et de l’extrême latitude signifie aussi que le mal de l’altitude s’installe beaucoup plus rapidement. (A l’équateur, un pic de cette taille aurait environ deux fois moins d’oxygène au sommet qu’au niveau de la mer ; à cause de la latitude, le pourcentage sur Denali est beaucoup plus bas).

10. Massif du Mont Blanc (4 810 m)

montagne mont blanc

La plus haute montagne des Alpes a une longue histoire d’escalade et d’accidents. En 1786, son premier sommet par Jacques Balmat et Michel Paccard fut salué comme le début de l’alpinisme moderne.

Le Mont-Blanc est l’une des montagnes les plus touchées par la visite des êtres humains dans le monde, avec environ 20 000 personnes qui s’y rendent chaque année. Mais tous ses itinéraires présentent des risques de chutes de pierres et d’avalanches.

Pendant la haute saison, on sait que les services de sauvetage effectuent en moyenne 12 missions par fin de semaine. Et il a le taux de mortalité le plus élevé de toutes les montagnes d’Europe, avec des estimations à 100 décès par an.

La raison la plus fréquente de décès au Mont Blanc est le parcours particulier, comme une  » longue marche  » et non comme une ascension difficile.

Les 10 montagnes les plus meutrières du Monde
5 (100%) 1 vote