Voyager à l’étranger sans programmer : attention aux erreurs !

Voyager à l’étranger sans programmer : attention aux erreurs !

deux voyageuses libres

De plus en plus de personnes reviennent à l’essence du voyage. Elles arrêtent les séjours dans les bungalows, au milieu de foules de vacanciers qui consomment toute la journée, pour prendre leur baluchon et faire des voyages sans contrainte.

J’ai beaucoup agi ainsi dans ma jeunesse et même si je suis désormais un papa, j’essaie d’apprendre à mes enfants à se libérer des obligations en vacances.

L’expérience m’a appris que l’on avait tendance à faire constamment les mêmes erreurs. Un voyage sans programme peut être gâché par un certain nombre d’erreurs courantes.

Multiplier les dates butoirs

En réalité, à moins de vivre une vie de nomade, il est quasiment impossible de supprimer la contrainte des dates. La plus fréquente correspond à vos jours de congés. Si vous avez deux semaines, vous ne pouvez pas arriver un mois après à votre travail en arguant que vous faisiez un voyage de baroudeur.

Mais, en revanche, il est possible de réduire au minimum ces dates butoirs. Par exemple, ne louez pas en amont une voiture que vous devez prendre tel jour à telle heure et la rendre à un autre horaire fixé d’avance. Ne réservez pas d’hôtels en avance. Prenez une tente avec vous et plantez-là où vous trouvez une zone libre et légale pour le faire, ou logez chez l’habitant.

Ne pas découvrir la région en amont

Voyager sans prévoir et voyage sans connaître sont deux choses très différentes. Si j’adore la première solution, la seconde est dangereuse.

Ainsi, j’amène toujours avec moi une carte détaillée de la zone que je visite et je m’informe au maximum sur les conditions climatiques, la géographie, les habitudes de vie des locaux, les tarifs de la nourriture… Pour faire ces recherches, j’évite les sites de tourisme les plus connus comme TripAdvisor qui ne sont bons que pour les activités prisées de touristes, et me concentre davantage sur les sites de blogueurs nomades.

Dernièrement, avant de me rendre au Cambodge avec Florent, mon compère sur les Baroudeurs Savoyards, j’ai appris plein de choses sur le pays via le site https://legrandmonde.fr/.

Ne pas oser communiquer

Sans tout prévoir à l’avance, vous vous retrouverez avec des problématiques comme de trouver un hébergement pour le soir, connaître des horaires de bus… Pour trouver les réponses, il vous faudra poser des questions à des employés ou des habitants locaux.

Si vous êtes timide, cela peut être effrayant d’aborder une personne qui ne connait ni le français, ni l’anglais. Je me souviens encore de ma frayeur d’aborder un groupe de policiers péruviens lors de l’un de mes premiers voyages. Et pourtant, je me suis fait violence, et vous devrez le faire aussi, pour finalement recevoir une écoute et une aide avec le sourire.

Je vous conseille d’apprendre les mots principaux dans la langue du pays que vous visitez comme les formules de politesse. Pour le reste, les gestes sont souvent suffisants. Si vous avez vraiment peur, rassurez-vous avec une application de traduction sur téléphone.

Se risquer dans les zones dangereuses

Toutes les zones de France ne sont pas sans danger, alors vous imaginez bien qu’en voyageant dans d’autres pays, c’est la même chose. J’ai déjà eu de belles frayeurs durant mes voyages, notamment en Amérique du Sud.

On ne peut supprimer le risque zéro, mais on peut diminuer les dangers en sachant à l’avance les zones ou les quartiers à éviter. Encore une fois, vous pouvez vous renseigner en amont pour les découvrir ou demander à des locaux avant de continuer votre chemin.

Ne pas s’affranchir des habitudes citadines

À quoi bon partir comme un baroudeur si c’est pour geindre à chaque fois que le réseau wifi est indisponible ou si la nourriture locale ne vous sied pas ?

Un voyage sans planning dans un pays étranger est la façon idéale de vous ouvrir aux autres cultures. Essayez une nouvelle alimentation, acceptez les coutumes du pays et soyez respectueux des différences.

Délaissez l’ordinateur, stoppez les regards constants sur votre smartphone et profitez pleinement de votre liberté. Je ne me suis jamais senti mieux que lors de mes voyages en baroudeur !