Les 7 Mondes différents des îles Canaries

Les 7 Mondes différents des îles Canaries

Lanzarote

Si vous cherchez à aller au-delà de vos vacances paradisiaques typiques sur une île et que vous voulez vivre bien plus que de simples plages de sable fin, la diversité étonnante et les paysages extrêmes des îles Canaries offrent de nombreux types de paradis aux vacanciers et aventuriers détendus. Je les ai découvertes en 1991. À l’époque, elles n’étaient pas aussi connues qu’aujourd’hui, mais aussi moins développées.

Aujourd’hui, ces îles ont de quoi plaire à tous les touristes !

Que sont les îles Canaries et où sont-elles ?

Groupe de sept îles espagnoles situées au large des côtes du nord-ouest de l’Afrique, les Canaries bénéficient d’un climat de plage chaud toute l’année. Leur situation tropicale en fait un lieu d’escapade de choix pour les Européens pendant l’hiver, mais même si le tourisme et la popularité des îles ne cessent d’augmenter, il est toujours possible d’explorer des régions intactes riches en flore et faune indigènes, telles que leurs plages sauvages, leurs régions montagneuses et leurs parcs nationaux.

Plus particulièrement, les îles forment un formidable archipel volcanique. Leurs paysages comprennent quatre des plus hauts sommets du territoire espagnol et des paysages à la fois très bizarres et inspirants : des plages de sable noir aux falaises vertigineuses aux panoramas rugueux, rouges, semblables à ceux de Mars. L’ampleur de ces paysages évoque des régions de tous les coins de la planète, et même, parfois, d’autres régions.

Chacune de ces sept îles est un monde complètement différent, et une aventure en soi.

Lanzarote : Une promenade sur la lune

Préparez-vous à vous laisser émerveiller par les paysages extra-terrestres de cette île extraordinaire, qui compte environ 300 volcans. Bien que les sept îles soient toutes d’origine volcanique, Lanzarote a récemment ressenti les effets dévastateurs de ses éruptions volcaniques aux XVIIIe et XIXe siècles, lorsque quelque 200 kilomètres carrés ont été brûlés et couverts de cendres.

Cette région de lave pétrifiée constitue le Parc National de Timanfaya et ses Montagnes de Feu, où les visions d’une terre sans vie, préhistorique (ou même apocalyptique), avec d’énormes cratères d’une couleur rouge incandescente, peuvent être vues en bus ou même à dos de chameau. Son atmosphère unique en a fait une réserve de biosphère de l’UNESCO et l’un des parcs naturels les plus impressionnants de toute l’Espagne.

Comme l’île est assez petite, vous pouvez facilement vous rendre à ses extrémités et faire des excursions en voiture. En allant vers le nord, vous passerez devant la Cueva de los Verdes, créée il y a 3 000 ans par des coulées de lave provenant d’une éruption, ainsi que les Jameos de Agua, un réseau de grottes souterraines et de lacs qui abritent une espèce rare de crabes aveugles.  Au point le plus septentrional de l’île, le Mirador del Rio en forme de proue s’étend sur l’océan. Ici, dans cet endroit venteux, vous pouvez profiter d’un magnifique panorama sur l’océan et sur l’île voisine La Graciosa, qui est une destination de ferry très recommandable.

Non seulement Lanzarote abrite des paysages bizarres et fantastiques, mais aussi des plages qui peuvent rivaliser avec celles des tropiques. Les meilleures sont situées dans la partie sud de l’île. Playa Blanca, l’une des plus populaires, a de longues étendues de sable clair et des eaux cristallines, ainsi que la plage voisine de Las Coloradas. Pour les moins touristiques, jetez un coup d’œil à Papagayo, une belle grande crique entourée d’impressionnantes falaises.

Pour y arriver : Les vols à destination de Lanzarote en provenance de la plupart des grandes villes d’Europe, ainsi que des autres îles, arrivent à l’aéroport de Lanzarote, à 5 km de la capitale, Arrecife. Les ferries arrivent à Playa Blanaca depuis Fuerteventura, La Palma, Tenerife et Gran Canaria. Certains de ces ferries sont les étapes d’un ferry de nuit au départ de Cadix, en Espagne.

Fuerteventura : Plages de dunes de sable et chameaux

Fuerteventura

La plus ancienne des Canaries, cette île est connue pour ses kilomètres de plages de sable blanc et ses eaux peu profondes et claires, parfaites pour le ski nautique, la planche à voile, la pêche ou la voile. Elle possède la plus longue côte des sept îles, s’étendant sur 340 kilomètres, et est facilement accessible par un ferry de 40 minutes depuis Lanzarote.

Fuerteventura se distingue aussi par son climat sec, ses dunes de sable blanc géantes et ses chameaux prêts à transporter les touristes à deux pas de la plage. On se souvient de la proximité de l’île avec l’Afrique, surtout lorsqu’on visite le parc national des dunes, où la tranquillité des dunes serpentant ressemble à celle d’un mini-Sahara.

Sur la côte est, vous trouverez des falaises abruptes et des criques idéales pour la plongée en apnée ou en scaphandre autonome, en raison de la multitude de grottes et de formations rocheuses souterraines. Dans la partie sud, une région de plages vierges appelée Jandía constitue l’une des zones sauvages les plus importantes de l’île. Presque toutes les plages ici sont des plages nues et offrent une expérience d’une nature intacte loin de l’agitation du tourisme, où pratiquement aucune route ne peut accéder. Vous pouvez également faire une courte traversée en ferry jusqu’à l’île de Lobos, une réserve naturelle protégée où une grande variété d’espèces d’oiseaux et de plantes peuvent être observées.

Pour y arriver : Les vols arrivent à l’aéroport de Fuerteventura, à 5 km de Puerto del Rosario, des autres îles et de la plupart des grandes villes européennes. Les ferries arrivent à Corralejo depuis Lanzarote, Tenerife et Gran Canaria.

Gran Canaria : Le mini continent

Cette île doit son surnom de « pequeño continente » à la diversité inégalée des paysages et des zones climatiques de son territoire relativement petit. Lors d’une excursion en voiture, vous pourrez facilement admirer des paysages désertiques, des zones de végétation tropicale dense, des chaînes de montagnes enneigées et d’immenses falaises qui plongent dans de vastes plages de sable blanc, le tout en l’espace de quelques kilomètres.

Les curiosités les plus extraordinaires de cette île sont ses ravins escarpés de roches granitiques, qui s’enfoncent de près de 2 000 mètres d’altitude pour rejoindre la côte. De n’importe quel endroit, vous pouvez apprécier la force de la nature que Gran Canaria a à offrir. Sa végétation se trouve dans des endroits aussi éloignés que l’Amérique, l’Europe et l’Afrique.

Vous pouvez explorer une variété de flore dans des régions comme Tejeda, avec ses vallées verdoyantes d’amandiers, et Mogan, une vallée où l’on cultive des fruits tropicaux. Il y a aussi de nombreux villages de pêcheurs qui valent la peine d’être visités pour leur vue sur la mer et le charme des petites villes, comme Agaete et Arinaga. Dans l’ancienne ville d’Arucas, d’immenses bananeraies, des criques rocheuses et des zones volcaniques forment des paysages voisins.

N’oubliez pas les plages de sable blanc sans fin et les eaux turquoises, qui peuvent être appréciées à Maspalomas, situé à côté d’une zone de dunes de sable, et aussi à Playa del Inglés, qui sont les deux zones les plus populaires pour la plage. Pour des plages plus calmes et de jolies criques, essayez La Costa de Bañaderos ou Playa de las Nieves, qui offrent toutes deux une vue incroyable sur les montagnes.

Le soir, Maspalomas est connu comme une destination aimé par les fêtards. Il y a beaucoup de discothèques et bars dansants. Chaque année, une parade est organisée. Parmi les touristes, la communauté homosexuelle est très présente pour cet aspect festif. Il y a également certaines dunes des Canaries célèbres pour le libertinage qui s’y déroule en public…

Pour y arriver : Les vols arrivent de la plupart des grandes villes européennes et des autres îles jusqu’à l’aéroport de Gran Canaria, à 16 km au sud de la ville de Las Palmas. Des ferries pour la ville de Las Palmas sont disponibles depuis Lanzarote, Tenerife, La Palma, et Fuerteventura.

Ténérife : Pics extrêmes, printemps éternel

Ténérife

Comme Gran Canaria, Tenerife, la plus grande île des Canaries, offre une grande variété de paysages de montagne, de forêts et de plages avec un climat toujours chaud. Il contient notamment le majestueux Mont Teide, un volcan massif qui, avec ses 3718 mètres, est le plus haut sommet d’Espagne et le troisième plus grand volcan du monde.

Le Mont Teide et ses cratères volcaniques environnants et les sommets de Las Cañadas constituent le vaste parc national du Mont Teide, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Vous pouvez prendre le téléphérique jusqu’au sommet du mont Teide, et si vous êtes prêt à marcher, chargez vos poumons d’oxygène pour l’altitude. Il y a de nombreux sentiers de randonnée qui offrent une vue sur un paysage extraterrestre.

Ces chaînes de montagnes séparent l’île en deux zones climatiques, le nord étant plus vert et plus humide et le sud étant chaud et sec. Si vous êtes un amateur de vin, vous aimerez faire un tour vers le nord jusqu’à Taraconte, célèbre pour ses vins rouges, où les vignobles fertiles contrastent avec les falaises de la côte. Il y a aussi un certain nombre de belles vieilles villes coloniales à visiter, dont Garachico à l’ouest, avec ses plages de sable noir et ses piscines naturelles, et La Laguna au nord, une ville historique considérée comme la capitale culturelle des Canaries.  La Orotava est une autre vieille ville qui est ornée de demeures coloniales et de magnifiques jardins, située dans la mer des plantations de bananes qui composent la vallée d’Orotova.

La chose la plus surprenante sur les plages de Tenerife sont les étendues de sable noir et épais que l’on trouve sur certaines, par exemple sur Playa de El Puertito et Playa del Roque sur la côte est. Dans la ville de Santa Cruz de Tenerife, deux plages valent le détour : Las Teresitas, une plage artificielle avec 1500 mètres de sable provenant du désert du Sahara, et Las Gaviotas, une plage nue remarquable de sable noir. Pour des vagues extraordinaires et encore plus d’occasions de faire un tour dans l’eau, jetez un coup d’œil sur les magnifiques plages difficiles d’accès de Playa de los Patos et Playa de Bollullo.

Pour y arriver : Tenerife a deux aéroports, l’aéroport de Los Rodeos au nord et l’aéroport Reina Sofia au sud. La plupart des vols internationaux passent par l’aéroport Reina Sofia, tandis que les vols inter-îles arrivent à Los Rodeos. Les ferries arrivent à la ville de Santa Cruz en provenance de Gran Canaria, La Palma et Fuerteventura.

La Gomera : La montagneuse

Cette petite île est formée par une grande forêt montagneuse dans sa zone centrale appelée Alto de Garajonay, un parc national qui est également un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. La côte abrupte s’étend vers l’intérieur et grimpe jusqu’à 1 487 mètres au-dessus du niveau de la mer. Curieusement, La Gomera était le dernier port d’escale avant le départ de Colomb pour le Nouveau Monde.

Dans ces régions montagneuses, l’ancienne tradition du « lenguaje silbado » est toujours utilisée par les habitants, une méthode de communication utilisant des techniques de sifflement pour envoyer des messages entre les montagnes. La perpétuation de telles traditions n’est qu’une des raisons pour lesquelles Gomera attire les touristes à la recherche d’une expérience plus authentique en dehors des sentiers battus.

Comme le littoral se compose principalement de falaises déchiquetées, la majorité des plages de l’île sont de petites criques. Néanmoins, des plages comme la Valle del Gran Rey et la Playa de Santiago ont cette eau cristalline et ce sable doré que tous les vacanciers recherchent. A voir également l’Acantilado de los Organos, ou la Falaise de l’Orgue, qui consiste en des milliers de colonnes de basalte s’élevant hors de l’eau, donnant l’impression d’un orgue géant et rocheux.

Pour y arriver : Il n’y a pas de vols internationaux à destination de Gomera, vous avez donc la possibilité de prendre d’abord un vol à destination de Tenerife-Reina Sofia, puis de prendre un ferry, ou de prendre un vol à destination de Tenerife-Los Rodeos et de prendre une correspondance pour Gomera. Les ferries arrivent à la ville de San Sebastian depuis Tenerife.

La Palma : un joyau écologique

La Palma est aussi connue sous le nom de « la isla bonita », ou « jolie île », en raison de sa verdure luxuriante, de son ciel bleu et de ses côtes formées par la lave volcanique. L’île a été déclarée réserve de la biosphère en raison de son trésor de sites écologiques. Vous y trouverez des sources naturelles comme Nacientes de Marcos, des volcans, des ravins et des lauriers comme le Bosque de El Canal.

Mais le site le plus spectaculaire de l’île est de loin le Parc National de la Caldera de Turburiente, un cratère massif formé par l’érosion d’un volcan. Avec un périmètre de 9 kilomètres et une profondeur allant jusqu’à 770 mètres, ce cratère est l’un des plus grands au monde. Couverte d’épaisses forêts et abritant une diversité biologique de près d’une centaine d’espèces végétales différentes, sa beauté peut être appréciée depuis les montagnes environnantes, mais aussi depuis des points tels que Mirador de la Cumbrecita.

Une excursion en voiture autour de l’île vous mènera à des endroits tels que Breña Baja à l’est, une série de petites criques aux eaux transparentes qui comprennent la populaire Playa de Cancajos. Au point le plus méridional, vous trouverez la ville de Fuencaliente, qui est pleine de pins, de vignobles et de cratères volcaniques. Sur la côte ouest, des villes comme Puerto de Naos et Tazacorte ont des ports pittoresques et de belles plages. La Palma possède également l’un des télescopes les plus importants du monde à l’Observatoire International d’Astrophysique, situé près de la plus haute montagne de l’île, Roque de los Muchachos.

Pour y arriver : Des vols directs vers l’aéroport de La Palma dans la ville de Santa Cruz de La Palma sont disponibles depuis l’Espagne continentale, les autres îles et certaines villes du nord de l’Europe. Les ferries arrivent à Santa Cruz de La Palma en provenance de Tenerife et de Gran Canaria.

El Hierro : Petite île inconnue

El Hierro

C’est la plus petite île des Canaries, ainsi que la moins peuplée et la moins fréquentée, ce qui en fait un endroit parfait pour ceux qui souhaitent s’évader de tout cela et profiter pleinement de la nature. Ses plages propres et ses paysages montagneux offrent des vacances touristiques relaxantes et sans forfait.

Un plateau et une zone montagneuse constituent la partie centrale de l’île, où s’élève le plus haut sommet. De là, vous pourrez admirer la vue sur le golfe, les forêts, les cratères volcaniques et l’île entière. La côte offre également une vue fascinante et peu familière avec ses falaises en saillie sous l’eau, comme s’il s’agissait de petites îles rocheuses. El Golfo est l’endroit où l’on trouve le plus grand nombre de falaises ainsi que certains des points de vue les plus élevés de la région.

D’autres attractions sur El Hierro comprennent ses piscines naturelles d’eau tranquille à Tamaduste et Monacal, toutes deux situées au nord. A La Frontera, séparée du reste de l’île par les montagnes, vous pourrez déguster de délicieux produits cultivés sur ses terres fertiles : vins, fromage fumé, tortillas. La région de Sabinar, où l’on peut voir les Sabinas, arbres indigènes de l’île, est un spectacle curieux. Ces arbres ne ressemblent à aucun autre, avec leurs troncs pliés en deux et tordus en formes étranges par les vents forts de cette région.

Pour y arriver : Les vols arrivent au petit aéroport de Valverde depuis Tenerife et Gran Canaria, pas de vols internationaux. Les ferries arrivent au port de La Estaca depuis Tenerife.

Les 7 Mondes différents des îles Canaries
Rate this post