Pourquoi a-t-on autant de flatulences (pets) en altitude ?

Pourquoi a-t-on autant de flatulences (pets) en altitude ?

randonneur en altitude

Aujourd’hui, je m’attaque avec courage au tabou du randonneur en altitude ! Plus sérieusement, si vous êtes un amateur de sport dans les reliefs, vous avez sûrement remarqué que vous pétez davantage en hauteur que dans les villes en plaine. Pourquoi ? Ce n’est pas dû au hasard, mais à la biologie.


Comment m’est venu cet article ? Le week-end dernière, j’ai passé la frontière italienne pour un week-end de longue randonnée. Pendant ces deux jours, j’ai soufflé et soufflé, et je dois avouer que certaines de mes bouffées n’étaient pas que de l’haleine.

Les pets en altitude ont un nom depuis 1980 !

Il s’avère que cette condition malodorante a un nom : l’expulsion de flatus de haute altitude. Ses découvreurs – les pionniers de la flatulence alpine – sont le Dr Paul Auerbach, professeur à la faculté de médecine de l’Université Stanford et fondateur de la Wilderness Medical Society, et le Dr York Miller, professeur de médecine pulmonaire et de soins critiques à la faculté de médecine de l’Université du Colorado.

Au cours de l’été 1980, les deux jeunes médecins faisaient de la randonnée dans les montagnes de San Juan, dans le sud-ouest du Colorado. Quand ils ont grimpé au-dessus de 3 000 m, ils ont remarqué que leurs pets devenaient de plus en plus fréquents.

Sur le sentier et dans la tente, leurs corps émettaient des odeurs fortes. Les deux amis s’accusaient l’un l’autre d’être le coupable Les pets volaient si souvent, a dit le Dr Miller, que « officieusement, nous essayions de nous surpasser ».

« Je pensais que c’était tout le chili lyophilisé qu’il mangeait, les noix ou les haricots « , dit le Dr Auerbach. Toute la bière qu’ils ont descendue a pu contribuer aussi.

Combien d’effluves le Dr Miller et lui ont-ils fait passer ?

« Je ne peux pas vous donner le volume exact, répond le Dr Auerbach sans hésitation, mais c’était suffisant pour faire exploser au moins cinq ballons de fête. Ce qui est bien, c’est que ça semblait éloigner les insectes. »

Même le meilleur des sacs de couchage ne peut contenir autant de puanteur et réussir à toutes les dissiper. Le soir, le Dr Auerbach se blottit contre le mur de la tente, luttant pour s’éloigner le plus possible de son ami. Puis, déformation professionnelle oblige, il s’est demandé s’il existait un nom pour cet état odoriférant.

Familier avec l’œdème pulmonaire de haute altitude et l’œdème cérébral de haute altitude, le Dr Auerbach a suggéré l’expulsion des flatus de haute altitude. Comme le phénomène physique qui lui a donné son nom, le surnom avait une certaine résonance.

De retour chez eux, ils ont envoyé une lettre au prestigieux New England Journal of Medicine au sujet de leur découverte etl’ont ensuite soumise à l’ancien Western Journal of Medicine, qui a publié la lettre dans son numéro de février 1981.

Dans la lettre, les médecins attribuaient le trouble à « l’expansion du gaz du côlon à la baisse de la pression atmosphérique de haute altitude » ou loi de Boyle.

« Prenez un ballon, gonflez-le au niveau de la mer et portez-le jusqu’au sommet du Kilimandjaro « , a dit le Dr Miller. « Le ballon va grossir. Il y a moins de pression atmosphérique à l’extérieur. De même, poursuit-il, il y a moins de pression atmosphérique à l’extérieur d’un randonneur à haute altitude, et toute bulle dans son tractus gastro-intestinal va se dilater. C’est un peu comme les virages que connaissent certains plongeurs de haute mer, mais pas aussi sérieux. »

Pas de certitudes sur la véritable raison, mais des idées

Les médecins disent maintenant qu’ils ne savent pas avec certitude ce qui cause les flatulences à haute altitude.

Peut-être que la plus faible concentration d’oxygène en altitude affecte la capacité des intestins à déplacer les aliments digérés, a théorisé le Dr Auerbach, lui donnant plus de temps pour créer du gaz.



Dans les mois qui ont suivi, le Western Journal a publié une foule de lettres sur la pétarade en haute altitude de lecteurs sympathiques. Peut-être étaient-ils soulagés de savoir qu’ils n’avaient pas souffert seuls. Les rédacteurs en chef bombardés ont fini par mettre fin à l’opération.

La découverte des Drs Auerbach et Miller est devenue une sorte de légende dans la communauté des randonneurs. Trente-six ans plus tard, un court métrage de six minutes intitulé « HAFE : The Story Behind, sorti chez Telluride Mountainfilm », commémore leur découverte. Dans le film, le Dr Miller a dit qu’il avait reçu plus de notoriété de sa lettre HAFE que n’importe lequel des plus de 150 autres manuscrits scientifiques qu’il a publiés.

Bien sûr, beaucoup de randonneurs coupables répugnent à admettre leur sale geste.

« Quand ma femme fait de la randonnée à haute altitude, je sais qu’elle va commencer à péter parce qu’elle commence à parler plus fort « , dit le Dr Auerbach.

Selon le Dr Auerbach, si les randonneurs ressentent le besoin de se laisser aller sur la piste, il vaut mieux se lâcher car se retenir cause beaucoup d’inconfort. L’avantage c’est que ses envies arrivent à haute altitude et qu’à part quelques chemins très populaires, vous êtes relativement tranquille sur les randonnées les plus compliquées.

« Je ne sais pas pourquoi les gens en ont honte « , a ajouté le Dr Auerbach. « C’est un processus naturel, et en altitude, il est amélioré. »